Femmes de Justice
Femmes de Justice

"Les Mauvaises Filles : une histoire de la justice et du genre" pose ses valises dans l'atrium Olympe de Gouges, à Aubervilliers

Après avoir visité l'ENPJJ de Roubaix, l'exposition "Mauvais Filles : une histoire du genre et de la justice" est présente du 2 octobre au 2 novembre dans l'atrium Olympe de Gouges, au M3, rue de la Gare, à Aubervilliers.

 

Cette exposition de l'École nationale de protection judiciaire de la jeunesse aborde la question du regard posé sur la déviance juvénile féminine par la justice et la société. Au programme : des photographies d'archives sur l'enfermement de celles que la société a qualifié de "Mauvaises filles" pendant plus de 120 ans et un jeu de pistes à travers des stands thématiques autour des stéréoptypes de la déviance féminine.


Quelques grandes questions traversent cette exposition

  • La loi n’a pas de genre. Est-ce si sûr ? Est-ce que réellement le Code pénal s’applique de la même manière que l’on soit fille ou garçon ? Enferme-t-on les filles pour les mêmes motifs que les garçons ? Dans le même type d’institutions ?
  • Le sentiment actuel de l’apparition soudaine des mauvaises filles dans l’espace public. Est-ce si nouveau ? Les filles étaient-elles  jusqu’à présent par nature douces et dociles, incapables de voler, de se battre, de se rebeller ?

 

La scénographie donne à réfléchir :

  • Aux représentations stéréotypées de la bonne et  de la mauvaise fille à travers le temps
  • A l’importance des normes morales et sexuelles imposées aux adolescentes
  • Aux hauts-murs des institutions où nombre de « mauvaises filles » ont été enfermées, parfois pendant des années.

Deux espaces distincts

  • Un jeu de piste

Mode d’emploi : au départ un plateau de jeu de l’oie : vous lancez les dés et ils vous amènent à emprunter le chemin de la bonne ou de la mauvaise fille. Certaines cases vous renvoient à des stands thématiques abordant les stéréotypes de la déviance féminine. Le jeu met ainsi en évidence l’importance des normes sociales imposées aux jeunes filles au 19e mais aussi au 21e siècle.

 

Arriverez-vous à traverser les chemins de la déviance féminine sans être enfermée ?

 

  • Une exposition photographique sur l’enfermement des filles

Pendant plus de 120 ans, la société a enfermé celles qu’elle considérait comme des « mauvaises filles » dans des institutions à l’atmosphère monacale et carcérale. Des photos d’archives vous présentent ces lieux d’enfermement.

YVETTE YVETTE YVETTE ! : Nathalie Joly chante Yvette Guilbert, L’intégrale.

du 28 septembre au 22 octobre 2017, au Théâtre du Soleil, Paris 12

Mise en scène Jacques Verzier (épisode 1 et 2) et Simon Abkarian (épisode 3),

 

Retrouvez toutes les informations et les détalis de cette programmation autour du personnage d'Yvette Guilbert, inventrice du parlé-chanté, ancêtre du rap, par ici.

Pionnière du féminisme, précurseure d’une écriture féminine française moderne, Yvette Guilbert a inventé l’art du parlé chanté, ancêtre du rap. Reine du café-concert à la Belle Époque, l’amie de Freud immortalisée par Toulouse Lautrec est une grande figure de notre patrimoine. Elle s'oppose par ses écrit, conférences et chansons aux codes de la beauté et de l'image qui enferment la femme artiste associée à une prostituée.

 

Cette trilogie met en valeur le parcours de cette femme hors norme, son courage, son amour de la vie et son combat pour l'égalité des sexes. La comédienne et chanteuse Nathalie Joly explore depuis dix ans son œuvre intemporelle, engagée, drôle, poétique, audacieuse et lui redonne toute sa symbolique contemporaine. Pour dire l’histoire de cette femme, il aura fallu trois spectacles. L’histoire d’une émancipation. De l’émancipation d’Yvette Guilbert à celle de ses héritières.

 

Épisode 1 – JE NE SAIS QUOI -Jeudi 20h30
Cabaret Parisien - 1890 – Freud succombe au charme d’Yvette Guilbert et à la truculence de ses chansons dès ses débuts au Cabaret. Tous deux cherchent dans les “terres inconnues” de la sexualité ce qui alimente la vie de l’esprit. Leur correspondance intense entre Vienne, Londres et Paris, témoigne d’un demi siècle d’amitié.

 

Épisode 2 – EN VL’À UNE DRÔLE D’AFFAIRE - Vendredi 20h30
Seconde carrière – En plein succès parisien, Yvette Guilbert résilie ses contrats et créée une école à New York pour transmettre aux jeunes filles démunies son art du parlé chanté. Dès 1910, elle explore le nouveau répertoire de la tradition populaire, entre conte et fait divers. De nombreux points de convergence existent entre les récits épiques de ces chansons et les images du monde flottant du théâtre kabuki.

 

Épisode 3 – CHANSONS SANS GÊNE - Dimanche 16h
Dès 1926, Yvette Guilbert commence à 61 ans une carrière cinématographique éblouissante. Elle s’oppose, à contre-courant des stars hollywoodiennes, aux lois de la mode et de l’image. Par l’écrit, les conférences et un nouveau répertoire entre blues et surréalisme, elle poursuit inlassablement son combat en faveur des femmes et de leur émancipation. Nathalie Joly s’affranchit des repères temporels. Son Yvette approche Janis Joplin, Nina Hagen, Catherine Ringer… Les héritières d’Yvette Guilbert ne seront plus condamnées à écrire leur histoire à travers des textes d’hommes.  

 

Samedi à 16h intégrale des 3 épisodes YVETTE YVETTE YVETTE

 

Réservations Production 06 52 04 68 90 marchelaroute@gmail.com
Théâtre du Soleil - Cartoucherie - 75012 Paris www.theatre-du-soleil.fr


Avec le soutien du CNV, de la Spedidam, de la LICRA, du Musée du Judaisme, spectacle accrédité par le Rectorat de Paris et Créteil.

 

Théâtre : La compagnie Etc... Art présente "Marie Bizarre brise la glace"

 

Le vendredi 31 mars 2017 , au Tribunal de grande instance de Moulins, est organisée, à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, une représentation de la pièce "Marie Bizarre brise la glace".

 

L'entrée est gratuite, et la réservation conseillée au 04.70.34.16.79 ou par mail : lecomte.f@allier.fr

 

 

 

Pionnière du féminisme, Yvette Guilbert est à l'honneur dans le cadre de la programmation du mois dédié aux droits des femmes de la Compagnie Marche la route.

 

Chansons sans gêne, 3ème épisode d'après Yvette Guilbert, est mis en scène par Simon Abkarian (CD chez Frémeaux) jusqu'au 27 mars 2017 au Théâtre de la Vieille Grille (Paris 5ème) : samedi 18h - dimanche 17h - lundi 20h30.

 

 

8 mars 2017 : Pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le Haut Conseil à l'égalité est partenaire de nombreux événements

 

Le HCE est partenaire de nombreux événements, notamment autour du Guide pratique pour une communication sans stéréotype.

 

Plusieurs collectivités/organisations publiques vont, en effet, signer la convention d’engagement pour une communication publique sans stéréotype de sexe : l’Assemblée nationale le 7 mars, la Préfecture du Morbihan le 8 mars et la commune de Colombier-Saugnieu (Rhône) le 17 mars. Le Guide fera l’objet de présentations à Stains et devant l’association France Urbaine.

 

Vous êtes par ailleurs chaleureusement convié.e.s  aux 4 événements suivants :

 

Jeudi 2 mars 9h00 – 17h30 : Conférence départementale de l’égalité femmes-hommes (2 rue Robespierre à Ivry-sur-Seine)

Informations et inscription : bit.ly/2lh4EZi

Claire GUIRAUD présentera le Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe à 10H45.

 

Mardi 7 mars 17h00 - 20h : Colloque « Qui sont les nouvelles féministes ? » suivi de la signature de la convention d’engagement pour une communication publique sans stéréotype de sexe par l’Assemblée nationale (128, rue de l'Université à Paris)

Information et inscription avant le jeudi 2 mars 2017 : https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSe71GAAhHeJ-I-ZtcTLtgAtFWoWKeobiHv57Tsa16BGKQJNIg/viewform?c=0&w=1

Claude BARTOLONE, Président de l’Assemble nationale, signera la convention d’engagement pour une communication publique sans stéréotypes de sexe en présence de la Présidente du HCE, Danielle BOUSQUET.

Cette signature sera précédée de débats, ouverts par Catherine COUTELLE, Présidente de la Délégations aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, autour du thème « Qui sont les nouvelles féministes ? » en présence de nombreuses organisations féministes.

 

Mercredi 8 mars à 16h30 : Signature du « Serment de Paris » (37, quai d’Orsay à Paris)

Inscriptions ici. Se présenter avec une pièce d’identité à partir de 15h45 et fermeture des portes à 16h15.

Le « Serment de Paris : les féministes engagé.e.s pour les droits des femmes » sera signé en présence du Président de la République, François HOLLANDE, de Jean-Marc AYRAULT, ministre des Affaires Etrangères et du Développement international, et de Laurence ROSSIGNOL, ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes.

 

Jeudi 9 mars 14h-21h : Forum « 400 idées pour faire avancer l’égalité » organisé par le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes (CESE - 9, place d’Iéna à Paris)

Inscription jusqu’au 1er mars.

A l’occasion de la clôture de sa campagne « Sexisme Pas Notre Genre », le ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes organise un grand forum de rencontres pour les associations et institutions qui font avancer les droits des femmes et l’égalité.  

Le HCE y présentera ses travaux et ses missions sur un stand, au côté du CSEP et du CESE. Danielle BOUSQUET interviendra à l’occasion de la table-ronde, en plénière à 16H30, intitulée « Internet : outil d’émancipation ou de contrôle des femmes ? ». Claire GUIRAUD co-animera avec l’association « Toutes Femmes Toutes Communicantes » un atelier sur la communication non sexiste.

Sorties : en 2017, des femmes au théâtre

La compagnie Etc…Art a dévoilé son programme pour 2017. Parmi les spectacles proposés, trois sont consacrés aux femmes : « Marie Bizarre brise la glace », « La méprise » et « Bord de mère ».  

Pour plus d’informations, retrouvez la compagnie sur son site internet : etc.art.ouvaton.org ou contactez-la par mail : etc.art@orange.fretc.art.diff@orange.fr ou par téléphone : 04.73.92.55.31 et 06.79.43.63.54. 

Marie Bizarre brise la glace

La méprise

Bord de mère

Concert - le 24 novembre 2016 à 20h30

 

L'Ensemble classique du Choeur International des Femmes de Paris sera en concert avec Polyandre, l'ensemble vocal masculin invité, à l'Eglise Sainte Elisabeth (195 rue du Temple, Paris 75 003)

 

La réservation est gratuite et obligatoire en cliquant ici

 

Télécharger le programme
CONCERT Exaudio Polyandre 24 nov 2016.pd[...]
Document Adobe Acrobat [547.4 KB]

Le 11 mai 2016, Catherine Sultan, directrice de la protection judiciaire de la jeunesse, s’est rendue à Pontoise, au restaurant d’application La K’fête 95, pour le vernissage de l’exposition « Portraits de femmes célèbres », une action inter-unité organisée par la direction territoriale du Val-d’Oise. De nombreux acteurs de la justice des mineurs du territoire étaient présents, notamment Gwenola Joly-Coz, Présidente du Tribunal de grande instance de Pontoise. Le projet, bien que lancé comme un concours, a été une aventure collective. Il a réuni de nombreux jeunes durant plusieurs mois. L’idée est née d’un constat : Le média des portraits a été utilisé dans plusieurs unités et « hasard, le choix qui a été fait ne comportait que des personnages masculins donc on s’est interrogé » a expliqué Mylène Flament, directrice territoriale du Val-d’Oise, dans ses propos introductifs. Elle a également tenu à remercier la directrice "qui par sa venue marque son engagement auprès du travail éducatif réalisé dans le Val-d’Oise mais aussi autour du sujet qui nous réunit aujourd’hui : l’égalité femme-homme ».

La direction territoriale a en effet fait appel à l'artiste Dalila Aoudia qui intervient depuis de nombreuses années dans les services de la PJJ. Le projet a consisté à créer 2 mariannes par la technique du marouflage à partir de papiers récupérés et 5 portraits de figures féminines célèbres (Malala Yousafzai, Simone Veil, Aya Cissoko, Christiane Taubira et Rosa Parks) à partir de mots, citations et poèmes puisés dans les biographies de ces dernières. Au total, une vingtaine de jeunes issus des services de milieu ouvert, d’insertion et de placement se sont impliqués dans l’action abordant des thématiques variées comme la citoyenneté, le vivre ensemble, l’homophobie et l’égalité femmes-hommes.

 

Concert pour la journée internationale des droits des femmes

« Compositeurs au féminin »

                      Sous la direction de Pierre-Alexis Touzeau

http://www.lesdeconcertants.fr/journee-internationale-des-droits-des-femmes/
 

"Marie Bizarre brise la glace"

One Woman Show

avec Véronique Pilia et proposé par la Cie de théâtre Etc...Art.

 

Mardi 8 mars à 20h30:

- le Colisée Biarritz, réservation : 06 79 43 63 54

Samedi 12 mars à 20h30:

- la Source à Volvic, réservation : 04 73 33 50 38

Mardi 15 mars à 20h30:

- la 2deuche à Lempdes, réservation : 04 73 83 74 78


 

"La Marie" comme on l'appelle, c'est une femme qui se promène avec son landau...  Mère comme toutes les femmes ? Pas sûr. Une sainte ? Pas tout à fait. Une couche-toi là ? Pas vraiment ou alors pas tout de suite et puis plutôt ici.  Ponctué de refrains fredonnés ce texte à l'humour décapant va vous rafraîchir la mémoire sur une histoire, celle de La Femme, ou plus précisément de la condition féminine.  

"Femmes outragées, femmes martyrisées, mais femmes libérées, libérées par elles-mêmes"

 

Contact mail: etc.art.diff@orange.fr ou etc.art@orange.fr

Contact tél: 04.73.92.55.31

et plus d'informations sur: etc.art.ouvaton.org

 

Marcelle, France et Jeanne avaient vingt ans en 1940. Quand on les rencontre, sur leur banc, quinze ans plus tard, elles sont toutes trois, mariées, mères au foyer et ont dû renoncer à leurs ambitions personnelles pour rentrer dans le droit chemin décidé par la société pour les femmes. L’arrivée de l’électroménager et le droit de vote ne suffiront pas à leur faire oublier que, paradoxalement, c’est pendant la guerre qu’elles ont goûté à la liberté en accédant, en leur absence, aux postes occupés par les hommes… Trois lignées de femmes nous entraînent, sous le regard historico-comique d’une Simone qui veille, au pays de la Femme… Voici, racontée avec humour, l’évolution de la condition féminine en France des années 50 à nos jours.

Créé dans le cadre de la journée des droits de la femme 2012, ce spectacle nous offre au gré de scènes de la vie quotidienne en parodie de chansons décalées, une autre façon de parler des femmes…

 

Auteures : Corinne BERRON, Hélène SERRES, Vanina SICURANI, BONBON et TRINIDAD. Textes des chansons : TRINIDAD

Artistes : Dominique MÉROT • Karina MARIMON et Nathalie PORTAL en alternance • Hélène SERRES • Vanina SICURANI

Durée du spectacle : 1h10

 

Calendrier des prochaines représentations :

 

Théâtre de la Contrescarpe, (5 rue Blainville 75005 PARIS) du 07 janvier au 25 juin 2016 (du jeudi au samedi à 20h et le samedi à 17h également)

Et aussi, les 04, 05 et 06 mars 2016 à Six Fours les plages (83) et les 25 et 26 mars 2016 à la Comédie de Toulouse (31).

Exposition les mauvaises filles

Les Mauvaises Filles débarquent à l'ENPJJ

 

Le 8 mars 2016, à l’occasion de la journée de la femme, l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse organisera une après-midi consacrée au thème des mauvaises filles. Au programme de la journée : conférence-débats, vernissage et représentation théâtrale.

Mauvaises filles, bonnes filles, où se situe la frontière ? Pourquoi et comment « l’oie blanche » devient « un vilain petit canard » ? La presse annonce une « nouvelle violence au féminin » et s’alarme de l’apparition de « gangs de filles ». L’opinion s’accorde à déclarer la fin du « sexe faible », observant une tendance nette à la virilisation des adolescentes. Perceptions et normes transforment les « diablesses » des années 1950 en « crapuleuses » des années 2000.

Comment réfléchir aux spécificités et aux évolutions de la déviance des adolescentes depuis le 19ème siècle ?

Afin de répondre à ces questions, l’Ecole nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ) propose, le 8 mars 2016, à l’occasion de la journée de la femme, une après-midi de mauvaises filles. Au menu, un dispositif original composé :

  • de deux débats, avec une grande témoin, réalisatrice ou écrivaine ;

  • du vernissage de l’exposition « Mauvaises filles – Déviantes et délinquantes 19ème / 21ème siècles ». Cette exposition, en provenance du centre d’exposition historique de Savigny-sur-Orge, s’intéresse à la question du regard posé sur la déviance juvénile féminine par la justice et la société. Elle restera visible à l’ENPJJ jusqu’au 29 avril 2016 ;

  • d’une représentation théâtrale assurée par la compagnie du Théâtre du Fil.

Un cocktail permettant de mieux comprendre pourquoi une mauvaise fille ressemble rarement à un mauvais garçon.

En assaisonnement, quelques mots-clés pimenteront l’après-midi : sexualité, violence, maternité, rébellion, folie, genre, prostitution, enfermement…

Télécharger le programme

Télécharger le bulletin d'inscription

Cette manifestation est considérée comme un temps de formation à destination des professionnels de la Protection judiciaire de la jeunesse.

Le bulletin d'inscription est à renvoyer complété à l’adresse recherche.enpjj-roubaix@justice.fr

Devenir membre

Vous voulez devenir membre ?

Télécharger notre bulletin d'adhésion directement sur notre site

Cliquer ici !

Le mot de la présidente

Cliquer ici

Le rapport d'activité 2016 est en ligne

Cliquer ici pour accéder au rapport d'activité

De vous à nous!

Faites nous part de vos idées, suggestions et dialoguez avec nous

Pour nous contacter

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Femmes de Justice